Écriture

Editions de l'Aube, 1998
Editora Siciliana, 1991

Betty Milan
Le Perroquet et le docteur
(Titre original en portuguais : O Papagaio e o doutor)
Postface de Michèle Sarde


« L'histoire peut être ramenée, dans la simplicité qui émerge en toute œuvre forte, du foisonnement des thèmes et de la complexité qui est celle de la vie même, à une proposition : Sériéma s'en va chercher son âme dans la capitale de l'esprit ; elle y découvre que son âme est au pays et que l'esprit souffle partout. [...] Dans son voyage sur le divan à travers époques et continents, dans sa diaspora reconstituée par l'imaginaire, Sériéma a décollé avec le viatique d'une langue aliénée dans laquelle ses premiers maîtres, les perroquets blonds, ne lui ont appris qu'à "perroqueter". Elle a éprouvé les trous d'air, l'étouffement devant le risque d'aphasie, devant l'impossibilité de trouver les mots pour dire, dans la langue du docteur, rigide et hostile qu'est pour elle le français, le déracinement et la séparation, l'expulsion et le bannissement, l'exclusion et l'excommunication, qui sont au commencement des origines. Puis les mots pour dire l'identité par les aïeux et par le père et la mère et par le frère mort. Enfin les mots pour dire et se dire et commencer à exister. »
Extrait de la postface

Apesar da abundância de temas de O Papagaio e o Doutor e da sua complexidade, que é, aliás, a da própria vida, a história, dada a simplicidade que emerge de toda obra forte, pode ser sintetizada numa única proposição: Seriema vai procurar a sua alma na capital do espírito e aí descobre que ela se encontra no seu país de origem e o espírito paira em todo lugar. [...] Em sua viagem no divã, através de épocas e continentes, em sua diáspora, reconstituída pelo imaginário, Seriema decolou com o viático de uma língua alienada, na qual seus primeiros mestres, os papagaios louros, só a ensinaram a "papaguear". Soube depois, na língua do Doutor, na língua rígida e hostil, que o francês era para ela, do súbito branco que lhe dava, do sufoco diante do risco de afasia, diante da impossibilidade de encontrar as palavras para dizer. Soube do desenraizamento e da separação, da expulsão e do banimento, da exclusão e da excomunhão que estão no começo das origens. Finalmente, soube das palavras para dizer, se dizer e começar a existir.
Fragmento do posfácio